PROJET

Le projet vise à promouvoir la coopération entre la Sicile et la Tunisie dans le domaine des biens culturels en favorisant la création de programmes conjoints de formation et le développement d’une offre de travail spécialisée utilisable dans les deux régions. Le projet découle de la nécessité pour les partenaires de définir un modèle d’intégration entre les entreprises actives dans le secteur des biens culturels, les organismes de gestion des sites archéologiques et le système de formation professionnelle afin de faciliter la rencontre entre la demande et l’offre de travail. L’intervention est structurée de manière à agir en parallèle sur tous les acteurs du secteur, en transférant des compétences au sein de la filière et en créant une convergence d’objectifs et d’actions susceptibles d’accroître l’impact économique et social du secteur. Les institutions qui gèrent les sites archéologiques et les entreprises déjà actives dans le secteur ont besoin d’avoir des figures professionnelles pas disponibles sur le marché en raison de l’absence de programmes de formation adéquats. Les mêmes organismes négligent parfois les opportunités de marché qui pourraient se développer au profit du contexte de référence et les entreprises n’ont pas toujours les compétences nécessaires pour définir l’offre de produits/services innovants. Les systèmes traditionnels qui devraient permettre la rencontre entre l’offre et la demande en Sicile et en Tunisie n’ont pas donné de résultats satisfaisants à ce jour. Le projet tend à combler cette lacune en intervenant à la fois de la demande et de l’offre.

 

GROUPES CIBLES DU PROJET

1. Les Jeunes titulaires d’un baccalauréat à la recherche d’un premier emploi. Les activités de formation intégrée s’adressent en fait également aux jeunes diplômés de l’enseignement supérieur ;
2. Les jeunes titulaires d’une maîtrise qui tardent à entrer dans le monde du travail ;
3. Les institutions de formation professionnelle;
4. Les employés de sociétés et/ou d’associations proposant des biens et des services aux gestionnaires de sites archéologiques ;
5. Les employés des gestionnaires de sites ;
6. Les experts en TIC et en gestion de données ;
7. Les associations et coopératives du secteur culturel ;
8. Les travailleurs employés par les entreprises de construction spécialisées dans les activités d’excavation ;
9. Les entreprises du secteur de la production artisanale et agroalimentaire.

 

BENEFICIAIRES FINAUX

Les bénéficiaires du projet sont les utilisateurs de sites archéologiques, les organismes institutionnels chargés de la formation professionnelle, le secteur de la formation spécialisée dans le domaine des biens culturels, le système universitaire, les associations professionnelles qui traitent avec les entreprises, les organismes de gestion des sites archéologiques, la communauté locale et les touristes. Le projet vise à générer un effet à long terme dans le domaine de la formation spécialisée sur le marché du travail liée aux biens culturels.

TÉLÉCHARGEZ LA BROCHURE DU PROJET CEFEL